L’état de nos forêts

.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO) a publié, après deux années de recherche, un nouveau rapport de 139 pages sur les forêts du monde entier.

Chaque page que j’ai lue a éveillé deux sentiments contradictoires en moi.

L’anxiété, tout d’abord, car presque 20 % des émissions de gaz à effet de serre sont attribuables à la déforestation. Cela représente plus d’émissions que tous les voitures, les avions et les bateaux du monde entier combinés. Largement due à l’agriculture, la déforestation est désormais la deuxième cause principale du changement climatique après les carburants fossiles.

FAO-1-Ethipopia-Ecosia

Mais j’ai également ressenti de l’espoir. Le rapport confirme clairement que les arbres plantés grâce à vos recherches sont ce dont notre planète a le plus besoin à l’heure actuelle.

Le rapport indique trois raisons pour lesquelles cela est crucial :

  1. « Les forêts et les arbres soutiennent l’agriculture durable. »

En effet, les arbres régulent le climat local, améliorent la fertilité du sol, fournissent des abris et de l’ombre et attirent les pollinisateurs.

FAO-report-second-photo

  1. « Essentielle pour la santé et la vie des populations rurales et urbaines, la qualité de l’eau est directement liée à la gestion des forêts. »

La plupart des projets soutenus par vos recherches permettent de planter des arbres autour de bassins ou le long de rivières.

FAO-water-blog

  1. « Les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des pauvres des campagnes dépendent de la santé des arbres et des forêts. »

40 % des ruraux en situation d’extrême pauvreté (250 millions de personnes) vivent dans la forêt et dans la savane. Protéger et restaurer ces forêts revient à fournir de la nourriture, des soins et des combustibles à ceux qui en ont le plus besoin.

FAO-report-blog-ecosia

Les arbres purifient l’air et l’eau, tout en fertilisant le sol. Ils abritent plus de trois quarts de la biodiversité terrestre de la planète, offrent des moyens de subsistance aux populations les plus pauvres et favorisent l’autonomisation des femmes rurales. Le rapport tire des conclusions claires : « La réponse du monde au changement climatique doit se concentrer davantage sur les forêts. » Merci, chers Ecosiens, de montrer le chemin.