Découvrez les jeunes femmes qui luttent pour la justice climatique

L'avenir s’écrit au féminin : il suffit de regarder le mouvement climatique mondial porté par la jeunesse pour vous en rendre compte. Il est d’ailleurs nommé “génération Greta” d'après la militante suédoise à l’origine de Fridays For Future. Des jeunes femmes du monde entier se mobilisent pour exiger le changement face au dérèglement climatique. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, nous voulions célébrer ces adolescentes et jeunes femmes notables qui écrivent l’histoire.

Xiye Bastida

New-York, États-Unis / @xiyebeara / 17 ans

Photo par Lawrence Sumulong / TED

Xiye a été un témoin direct des effets du changement climatique dans sa ville natale de San Pedro Tultepec, au Mexique, avant de déménager aux États-Unis il y a quatre ans. Son engagement écologique, elle l’a dans le sang : ses parents se sont rencontrés lors d'une conférence sur le changement climatique en Équateur, et elle fait partie de la tribu indigène Otomí qui considère la nature comme sacrée. Xiye organise des grèves pour le climat à New-York, a pris la parole aux Nations Unies et s’engage pour défendre la voix des indigènes.

Vanessa Nakate

Kampala, Ouganda / @vanessa_vash / 23 ans

Vanessa s’est fait connaître du grand public après avoir été rognée d’une photo prise aux côtés de militantes blanches, à Davos. Elle a attiré l'attention sur cette photo via Twitter afin de sensibiliser à la censure des voix non blanches dans le mouvement climatique. Chez elle à Kampala, elle fait campagne contre la destruction de la forêt tropicale du Congo et a fondé le groupe d'action climatique Youth for Future Africa ainsi que le mouvement Rise Up.

Licypriya Kangujam

Manipur, Inde / @LicypriyaK / 8 ans

La plus jeune militante de notre liste a commencé à manifester devant le Parlement indien il y a deux ans, si bien que les médias la nomment la « Greta indienne ». Licypriya refuse cette comparaison affirmant que, bien qu’elle respecte Greta, elle a sa propre histoire à écrire. Elle est une figure importante des conférences : si jeune, elle a pourtant déjà pris la parole dans 21 pays et est lauréate du Prix mondial de la paix pour les enfants en 2019. Elle était la plus jeune conférencière à s'adresser à la COP25 de Madrid.

Rita Naumenko

Moscou, Russie / @paaiegen / 16 ans

Rita risque sa liberté et sa sécurité tous les vendredis en faisant grève pour le climat en Russie, son pays d’origine, où les mineurs sont interdits d'assister aux manifestations. Les grèves sont régulièrement interrompues par la police et les manifestations peuvent entraîner des arrestations et des peines de prison. Rita a entendu parlé de Greta pour la première fois lors d’un cours de français et utilise ses réseaux sociaux pour parler de la crise climatique dans un pays où les médias la couvrent à peine.

Luisa Neubauer

Hambourg, Allemagne / @Luisamneubauer / 23 ans

Photo par Stefan Müller

Luisa est l'une des figures de proue du mouvement Fridays for Future, qui a pris un élan considérable en Allemagne, son pays d’origine, en 2019. Elle est connue pour avoir écrit des articles et mené des entretiens avec les médias sur la crise climatique. Récemment, elle a décliné l'offre de Siemens de siéger à leur conseil de l’énergie.

Autumn Peltier

Ontario, Canada / @autumn.peltier / 14 ans

Photo par World Economic Forum/Sandra Blaser

La campagne infatigable que mène Autumn pour l'eau potable depuis l'âge de huit ans lui a valu le surnom de Water Warrior. Autumn est Anishinaabe-kwe, un mot pour définir des groupes autochtones aux États-Unis et au Canada à l’histoire culturelle commune. Elle est connue pour avoir confronté le Premier ministre canadien Justin Trudeau à  son bilan climatique et s'est adressé aux Nations Unies en 2018 avec un discours sur la valeur spirituelle et écologique de l'eau.

Kelsey Juliana

Oregon, États-Unis / @Kelsey_Juliana / 23 ans

Photo par Victoria Pickering

Kelsey est une activiste climatique de longue date puisqu’elle a assisté à sa première manifestation à l'âge de deux mois. Durant plusieurs années, elle s'est battue pour porter la justice climatique devant la Cour suprême en portant plainte contre le gouvernement américain. Déposé en 2015, le cas “Juliana contre les États-Unis” déclare que le non-contrôle des émissions de gaz à effet de serre est illégal et que l'accès à un environnement propre est un droit humain fondamental. L'affaire a été rejetée en 2020, mais Kelsey prévoit de faire appel de cette décision.

Partagez cet article pour inspirer le plus grand nombre à devenir des militantes pour le climat.

Photo par Linda Roy.



Installez Ecosia gratuitement et plantez votre premier arbre Ajouter Ecosia à x