Comment les agriculteurs péruviens protègent l'Amazonie

.

La forêt amazonienne, de par sa faune et sa flore, est un point chaud de la biodiversité. Elle abrite des millions d’espèces uniques au monde et s’étend sur une surface colossale de 7 millions de mètres carrés que se partagent neuf pays. Le Pérou à lui-seul renferme 13 % de la surface cette forêt, dont la plus grande partie traverse les Andes péruviennes dans la région de San Martín.

La forêt tropicale amazonienne est tout aussi imposante qu’essentielle pour le climat mondial. En coupant ses arbres, ce sont les filtres à carbone les plus efficaces de la planète que l’on détruit, ainsi que l’ensemble des services que rend la forêt aux tribus et aux communautés. Malheureusement, c’est exactement ce que les pressions extérieures ont généré ces dernières décennies. Et la région de San Martín au Pérou n’a pas échappé à ce phénomène.

L’histoire commence ici :

Peru-1

San Martín a subi une déforestation massive dans les années 80 et 90. Autrefois contrôlée par les narcotrafiquants, la région a souffert de la surexploitation de ses forêts et de ses sols en raison de la production de cocaïne.

Par chance, mais aussi grâce à certaines politiques gouvernementales, les routes de la cocaïne se sont par la suite éloignées de San Martín, offrant à la région ce répit dont elle avait tant besoin. C’est à ce moment-là que les communautés se sont manifestées.

Appauvries par la destruction de leurs forêts et de leurs sols, elles savaient que personne ne ferait pour elles ce qui devait être fait : reboiser la forêt amazonienne des Andes péruviennes. À savoir leur foyer et principale ressource nécessaire à leur survie et au développement.

Des communautés voisines se sont réunies pour créer ensemble l’ACOPAGRO (Coopérative Agraire pour la Production de Cacao) en 1997. Leur objectif ? Bien en avance sur leur temps : créer une coopérative de commerce équitable et d’agriculture biologique qui, à long terme, leur permettrait de mettre en place tout un système d’agroforesterie dans la région.

Une dizaine d’années plus tard, PUR Projet fait son apparition. En 2008, notre nouveau partenaire que nous soutenons depuis juin 2016 unit ses forces avec ACOPAGRO afin d’assurer la pérennité du modèle de culture de cacao. Le reste est déjà en train de rentrer dans l’histoire :

Les agriculteurs de ces coopératives à San Martín contribuent très fortement à la reforestation et à la protection d’une grande partie de la forêt amazonienne. Et cette fois-ci, ils sont déterminés à faire les choses bien :

Tes recherches permettront désormais de maintenir notre soutien à un modèle qui sert déjà d’exemple pour les communautés et pays voisins. Reste à l’écoute pour obtenir plus d’info et découvrir très bientôt comment s’est passé le premier voyage de notre Responsable des programmes de plantation au Pérou.